Rebondir après un burn-out

Burn-out et reconversion : quand et comment se lancer ?

J’aimerais évoquer dans cet article le parcours de reconversion professionnelle, notamment après un burn-out. Pourquoi ? Quand ? Comment ? 

Le burn-out est une déflagration, de celles qui remettent en cause profondément le parcours de vie qu’on s’était imaginé. Lorsque la tempête est digérée, que le corps et l’esprit sont apaisés, la question du retour à la vie professionnelle surgit. Que faire désormais ? 

Nous sommes nombreux à saisir le burn-out comme une opportunité de changer de vie. Souvent, le choc a remué en nous des questions existentielles auxquelles on ne peut répondre qu’en empruntant le chemin d’une reconversion. D’autres choisissent de garder leur emploi actuel, et travaillent sur des ajustements pour éviter la rechute. Quel que soit le chemin choisi, celui-ci ne doit pas être un simple réflexe de fuite après un burn-out. Alors, reconversion ou pas ? Et par quoi on commence pour trouver le chemin vers soi

Après un burn-out, comment savoir quand on est prêt ? 

Apprendre à prendre le temps

Lorsqu’on est en pleine tempête, ou qu’on vient tout juste d’être arrêté par un médecin, l’énergie anxieuse et fébrile du burn-out circule encore à plein régime dans le corps. On est en alerte, parfois 24 heures sur 24 quand le sommeil est difficile. Notre tête ne désemplit pas de questions et de scénarios pour la suite. C’est tout à fait normal : le cerveau se sent en souffrance et cherche une porte de sortie.

Néanmoins, les décisions prises dans cet état mental et physique sont rarement alignées avec celles que nous prendrions à tête reposée. C’est pour cela que les professionnels de santé recommandent souvent de ne prendre aucune décision importante dans cette période. 

Je connais bien la problématique de vouloir se lancer trop vite dans l’après : je n’ai pas évité cet écueil ! Et j’en ai subi les conséquences. Car quand on n’est pas prêt, les réflexions sur la suite deviennent vite angoissantes, qu’on fasse le choix d’un départ de son entreprise (avec les conséquences financières que cela entraîne) ou qu’on décide d’y retourner coûte que coûte ou de retrouver un autre emploi, avec un risque élevé de rechute. Heureusement, ceux qui m’accompagnaient m’ont permis de réaliser que ce n’était pas le moment d’agir. 

Mais alors c’est quand, le bon moment ?

C’est le moment où le corps retrouve sa forme, souvent après une bonne cure de sommeil. De même, l’esprit retrouve son apaisement et sa clarté pour mener une réflexion sereine. Cela peut prendre du temps : chaque histoire est unique, mais dans mon cas ce temps de “convalescence” a duré cinq mois. Cinq mois ça semble très long mais à l’échelle d’une vie qu’on espère tous très longue, ce n’est rien. Cette durée est variable d’une personne à l’autre. Malgré tout, j’observe que plus on a tiré longtemps sur la corde avant le burn-out, plus ce temps est long. Patience, patience ! Vous êtes en convalescence, un temps essentiel à la reconstruction.

Puis vient une période où on commence à se sentir à nouveau soi-même, en forme, souriant. Le moment est alors peut-être venu de réfléchir à l’avenir sereinement ! Je recommande d’en parler à ce moment-là avec votre médecin ou votre psychologue pour valider ensemble qu’il est l’heure de passer à la suite ! 

reconversion : comment trouver la bonne direction ?
Photo by Brendan Church on Unsplash

▼▼▼▼▼

Reconversion professionnelle : comment s’y prendre ? 

Cet article parle de reconversion. Néanmoins, ce n’est pas la seule issue possible à un burn-out. Certains choisissent de reprendre le chemin de leur entreprise, et avec des ajustements, cela peut se passer à merveille ! Si c’est l’option que vous envisagez, je vous recommande d’écouter le témoignage de Laura qui a repris son poste et qui en parle très bien.

Pour d’autres, dont je fais partie, le burn-out permet de réaliser que notre activité professionnelle n’est plus suffisamment en accord avec nos valeurs. On va alors chercher à changer de voie pour remettre du sens dans notre quotidien. Ce chemin là commence par une phase importante de réflexion, que je recommande de mener en trois temps : 

Première étape : l’introspection

La première phase se joue en solitaire selon moi. Vous pouvez par exemple bloquer quelques heures dans votre agenda, à un moment de la journée que vous aimez. Ou, si vous en avez la possibilité, vous isoler un week-end pour mener cette réflexion au calme et sans distraction. L’objectif ? Définir les contours de la vie que vous souhaitez. Et je ne parle pas ici que de vie professionnelle ! Votre projet professionnel viendra s’intégrer à votre projet de vie global car il n’en est qu’une composante (ce qu’on peut avoir eu tendance à oublier si on a connu le burn-out). Connecté à soi, on s’autorise à formuler ses envies profondes, en terme de rythme, de cadre financier, de liberté… Sans censure : vous êtes le seul à savoir profondément ce qui vous convient ! 

Deuxième étape : impliquer ses proches et son réseau

Dans un second temps, j’ai trouvé intéressant d’échanger sur mes idées avec d’autres personnes. Mon cercle proche tout d’abord, mes parents, mon frère, mes amis. Je leur ai posé des questions sur la perception qu’ils avaient de moi, de mes forces, de ce que j’aimais faire, et j’ai beaucoup appris de leurs réponses.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi aimé :   Trouver sa place : ça n'existe pas !

J’ai également entreprise de rencontrer des personnes qui travaillent dans les domaines qui m’intéressent (l’accompagnement et la transmission dans mon cas). Pour cela, Linkedin a été mon meilleur allié, ainsi que les suggestions de mes proches à qui je parlais de mes projets de reconversion. En effet, si chaque personne à qui vous en parlez vous présente une personne de son réseau qui travaille dans ces domaines, vous allez vite connaître beaucoup de monde ! Ces échanges avec des professionnels m’ont permis de prendre conscience des réalités et défis de certains métiers et d’affiner mes envies.  

Se faire accompagner par un professionnel

Enfin, si vous en ressentez le besoin, vous pouvez également solliciter un accompagnement par un professionnel. C’est ce que proposent de nombreux coachs à travers le bilan de compétences, ou des programmes comme Switch Collective, ou Chance dont je vous parlerai plus longuement, et bien d’autres encore. Ces accompagnements permettent d’affiner la réflexion, de lever des interrogations, et surtout de passer à l’action

Il me semble important, tout au long de cette réflexion sur la reconversion, de rester connecté à ses besoins mais aussi à sa réalité : que pouvez-vous vous permettre financièrement par exemple ? Sans confondre impossibilité matérielle et peur d’y aller ! Il existe de nombreuses aides financières à la formation en France, renseignez-vous bien : votre CPF, Pôle Emploi si vous êtes demandeur d’emploi, ou encore votre région (dispositif AIRE : aide individuelle régionale vers l’emploi). Avec une bonne dose de motivation, peu de choses sont réellement impossibles. 

▼▼▼▼▼

Les 3 pièges à éviter dans un parcours de reconversion 

La seule personne pour laquelle vous le faites, c’est vous 

Nous sommes tous habitués à nos vies à cent à l’heure, à être dans l’action. Le burn-out donne souvent un coup d’arrêt brutal à cet élan, et nous sort temporairement de la sphère du “faire”. Affronter le regard des autres, et ce qu’on craint qu’ils pourraient penser n’est alors pas chose aisée. Surtout quand on se sent un peu perdu, à la recherche de soi-même. La peur peut alors nous pousser à prendre des décisions rapides (recherche d’un nouvel emploi, ou au contraire départ précipité de son entreprise) qui ne sont pas toujours les bonnes, car la peur est mauvaise conseillère. Être accompagné par un psychologue aide beaucoup, je trouve, à se détacher du regard des autres pour concentrer la réflexion sur ce qui va nous rendre heureux.

Une remise en question pour éviter la rechute

Je crois profondément que le burn-out est toujours le résultat de la rencontre de plusieurs facteurs qui ensemble créent l’explosion. Bien sûr, parmi ces facteurs il y a des sujets de fonds : votre entreprise, votre manager, le contenu de votre poste… Mais il y a aussi des sujets de forme que je recommande de ne pas négliger pour aller mieux : votre façon de réagir au stress, votre implication dans le travail, vos croyances profondes sur ce qui est attendu de vous… 

Si on ne travaille pas les deux aspects du problème, en pensant par exemple qu’il suffit de changer de travail ou de manager pour sortir du burn-out, on prend le risque d’une rechute ou d’une lourde déception. Car l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs, surtout si on n’a pas changé ses lunettes pour la voir différemment… Un travail sur soi, et notamment sur ses émotions et réactions, est indispensable à mes yeux pour avancer avec confiance dans un parcours de reconversion

La reconversion n’est pas un long fleuve tranquille 

Voici un magnifique schéma créé par mes soins. En bleu, c’est la courbe de progression dont on rêve tous quand on entreprend un nouveau projet : linéaire, continue, toujours vers le haut. Et en violet ? Et bien c’est la vraie vie, avec une progression faite de hauts et de bas. Quand on prend un pas de recul, on voit bien que cette courbe progresse aussi, mais l’évolution est moins linéaire. C’est exactement la même chose lorsqu’on se reconvertit.

En effet, un parcours de reconversion professionnelle, ce sont des moments de joie lorsque ça fait “tilt”, de plaisir à explorer ce qu’on aime, de surprises et d’apprentissages. Mais c’est aussi parfois un chemin semé d’embûches, de doutes, de découragement. Le savoir permet de mieux le vivre lorsque cela arrive. Oui, c’est normal de ne pas savoir à l’avance où est le point d’arrivée. L’important c’est de déterminer la bonne direction pour vous et d’avancer vers elle, petit pas par petit pas. 

▼▼▼▼▼

Ma reconversion : mon parcours avec Chance

Mon expérience du burn-out et de la reconversion, comme celle de chacun, est singulière et n’a pas de portée universelle. Je crois néanmoins beaucoup au partage d’expérience pour oser se lancer, et je vous partage donc cette vidéo dans laquelle je reviens en détail sur mon parcours Chance. (Ce n’est pas la même vidéo que celle diffusée par Les Déviations).

Témoignage vidéo pour Chance – décembre 2020

Si vous avez des questions sur mon parcours, je vous invite à écouter cet épisode de podcast dans lequel j’ai répondu à de nombreuses questions reçues. Vous pouvez aussi me contacter sur Instagram, j’aime passionnément échanger avec vous sur ces sujets. 

Et vous ? Où en êtes-vous sur la voie de la reconversion et du changement de vie ? En réflexion ? Déjà dans l’action ? Racontez moi !

Si ce contenu vous plaît, partagez-le !

5 thoughts on “Burn-out et reconversion : quand et comment se lancer ?”

  1. Très bon article, je suis passée par ces phases pour changer de vie professionnelle après mon burn-out. Je suis passée par la case bilan de compétence, mais je n’ai pas sollicité mes proches pour ne pas être influencée. Puis reprise d’étude et nouvelle vie maintenant ! Il ne faut pas hésiter à tout recommencer. Merci pour cet article.

    1. Bravo Gaëlle pour ton parcours ! J’ai trouvé important effectivement de commencer par une introspection sans mes proches, pour faire ce que MOI j’avais envie. J’ai néanmoins trouvé intéressant ensuite d’avoir leur regard sur ce que j’allais entreprendre 🙂

  2. Cet article fait fort écho à ce que j’ai vécu. Je suis en train d’entamer cette reconversion 🙂 J’aime beaucoup ton schéma entre la théorie et la réalité. C’est tellement vrai!

    1. Merci Amandine pour ton message, et notamment concernant ce schéma qui m’a valu beaucoup de moqueries de la part de mon mec !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *